Carnet de voyages

Family Pacific Dream: et c’est parti!

14 septembre 2018 | | Temps de lecture 7 minutes

Qui est à bord de Ganesha?

À bord, nous sommes: Marjorie et Thibaut, les parents, ainsi qu’Ulysse, 6 ans, et Titouan, 5 ans, les deux garçons. Le projet c’est de partir en voilier, pour un bout de temps, vivre à bord, découvrir de nouveaux horizons, en bref: vivre une aventure en famille!

Nous habitons en Asie depuis 8 ans, entre Hong Kong et Shanghai. Thibaut travaille pour le Groupe Bénéteau et Marjorie pour Dream Yacht Charter. Ulysse est né à Hong Kong et Titouan à Shanghai. Nous naviguons en famille régulièrement, à bord de notre First 20 à Hong Kong ou en charter en Thaïlande, en Malaisie, en Méditerranée et jusqu’en Polynésie.

Nous, (Marjorie et Thibaut) partageons un rêve, qui remonte à notre adolescence, celui de larguer les amarres et de partir en voilier. Il y a eu plusieurs occasions, quelques faux départs, mais la vie a avancé, les années ont passé, et nous ne sommes pas partis.

Jusqu’à ce que nous décidions qu’il était temps, qu’il fallait y aller, que le créneau était le bon: les enfants sont en âge de profiter, d’accumuler des souvenirs. Ils sont suffisamment grands pour savoir nager et comprendre des notions de sécurité. De plus, nos carrières respectives nous permettent de prendre du temps et nous avons décidé de quitter l’Asie pour rentrer en Europe; c’est donc le moment ou jamais de profiter d’un changement de chapitre pour glisser un intermède maritime.

La machine se met alors en marche: où partir, à quelles dates, avec quel bateau, quel budget?

Nous avons choisi comme destination la Mer de Corail: la partie occidentale du Pacifique Sud, délimitée par la Nouvelle Calédonie et le Vanuatu à l’Est, la Papouasie au Nord, l’Australie à l’Ouest et la Nouvelle Zélande au Sud. Parce que le Pacifique nous fait rêver: nous sommes voileux mais aussi plongeurs et surfeurs. Barrières de corail, faune diverse et variée, atolls et récifs nous appellent. Nous avons eu la chance d’aller naviguer, il y a un an, en Polynésie dans les îles sous le vent et nous sommes tombés sous le charme du Pacifique Sud.

Nous sommes aussi en quête de rencontres avec des populations qui vivent d’une façon différente de la nôtre. Le Vanuatu et le Sud de la Papouasie nous inspirent donc.

Enfin, il est important pour nous de sensibiliser nos enfants à la beauté et la fragilité de l’univers marin. Ils ont grandi en Chine dans un environnement urbain et nous souhaitons leur offrir un bain de nature.

Les dates ont été relativement simples à fixer, déterminées par la fin de l’année scolaire des enfants d’une part, et l’opportunité de prendre un congé sabbatique de 6 mois d’autre part.

Nous sommes donc partis le 1er juillet 2018, direction Nouméa, à la découverte de la Nouvelle-Calédonie, pour commencer.

Pourquoi avoir choisi un Lagoon 380?

Concernant le bateau… nous vendons notre First 20 et pensions acheter un monocoque d’occasion de 15 ou 20 ans d’âge, en raison de notre budget limité. Jusqu’à ce qu’un ami nous explique qu’avec un bon financement (merci à SGB, la société de financement du Groupe Bénéteau!) nous pouvions acheter un catamaran neuf. Donc, nous avons acheté un bateau en parfait état, équipé selon nos besoins, adapté à la navigation en famille avec de jeunes enfants et qu’il sera plus facile de revendre une fois le voyage terminé. Nous optons donc pour un Lagoon 380: un modèle éprouvé, simple, fiable et facile à manœuvrer. Ce sera une première pour nous, car nous n’avons jamais navigué en catamaran.

Nous l’équipons d’un code 0, d’un radar, de panneaux solaires et d’un dessalinisateur, puisque nous devrons être autonomes, ayant choisi une zone de navigation où les marinas sont rares.

La préparation au voyage a commencé au mois de septembre, soit 10 mois avant le départ, lorsque nous commandions notre bateau auprès du chantier Lagoon. La suite s’est déroulée essentiellement devant nos écrans d’ordinateurs. Nous devions organiser nos finances et rechercher les solutions d’éducation à distance, puisqu’il faut faire l’école à bord. Pour la scolarité d’Ulysse, qui fera son premier trimestre de CE1 à bord du bateau, nous optons pour le CNED. Vive l’éducation nationale française! Les programmes sont bien faits, il existe plusieurs formules selon les possibilités de connexion et de renvoi des devoirs. Pour Titouan, qui rentrera en grande section de maternelle, nous choisissons une autre formule.

Les mois sont passés à vitesse grand V, nous enchaînons nos journées d’activité professionnelles avec des soirées de préparation au voyage. Il nous faut aussi préparer notre déménagement de Hong Kong vers la France, puisque nous quittons la Chine pour rentrer en Europe une fois le voyage terminé.

Quelles sont vos appréhensions et préoccupations pour ce projet?

Lorsque nous nous projetons sur le bateau, en navigation, nos préoccupations principales sont: la sécurité, comment garantir la bonne santé de nos enfants? Nous choisissons de faire, Marjorie et moi, une formation aux premiers secours, avec un formateur expérimenté auprès des enfants. Nous demandons aussi à notre médecin de famille à Hong Kong, un marin et propriétaire d’un voilier, de nous faire une liste des médicaments à embarquer. Nous partons donc avec une pharmacie très, très complète. Nous pourrons probablement ouvrir un hôpital de campagne!

Nous inscrivons aussi Titouan à des cours de natation réguliers. Il est important que nos deux enfants soient très à l’aise dans l’eau.

La seconde préoccupation est l’école à bord: nous sommes parents, certes, mais pas instituteurs. C’est un métier! Pour parachever le challenge, nos deux garçons sont très actifs et donc prompts à aller jouer sur le pont plutôt que de rester devant un cahier. Nous savons qu’il faudra faire preuve de patience infinie et trouver des moyens ludiques pour faire passer les leçons. Nous achetons des livres d’activités et téléchargeons des applications éducatives sur nos tablettes.

La troisième préoccupation concerne la météo et la manœuvre d’un catamaran dans le gros temps: je visionne toutes les vidéos YouTube disponibles sur le sujet, tout en sachant que l’expérience seule pourra nous préparer aux situations délicates.

Enfin, se pose la question de notre capacité à nous occuper à bord du bateau. Nous avons chacun, Marjorie et moi, des activités professionnelles dynamiques et des emplois du temps chargés. Serons-nous capables de trouver notre équilibre dans une vie au rythme du soleil et du vent? Là encore, seule l’expérience nous permettra de répondre à cette question.

Une chose est sûre: nous rêvons de cette aventure à la voile depuis tant d’années, il est temps de partir faire de ce rêve une réalité!

A bientôt, au prochain épisode!

Thibaut, Marjorie, Ulysse et Titouan