Carnet de voyages

Les superstitions des marins: Le Hollandais Volant

20 septembre 2019 | | Temps de lecture 2 minutes

Dans la série des superstitions et des croyances cette légende a marqué de nombreux marins du monde entier. Ce bateau, tristement célèbre, navigue depuis le XVIIème siècle. Il erre entre le Cap Horn et le Cap de Bonne Espérance à cause de l’inconscience de son capitaine Van Der Straeten qui un jour de l’an 1665 défia les divinités.

Cet homme intransigeant et borné, souhaitait à tout prix récupérer son retard, sans laisser ses hommes se reposer au port, ni même s’arrêter pour un ravitaillement. Le capitaine avait alors ordonné à ses hommes de traverser le Cap de Bonne Espérance en pleine tempête. L’équipage terrorisé par la tempête qu’il traversait, décida de se mutiner. Le chef des mutins pris alors la barre, quand le capitaine ivre et en colère l’abattit à l’aide de son pistolet, en prononçant ces terribles paroles: “Je franchirai ce cap, dussé-je naviguer jusqu’à la fin des temps!”. C’est alors que la légende raconte qu’un fantôme est apparût et prononça sa malédiction. Depuis cela, ce navire, que l’on nomme le Hollandais volant, ne cesse de naviguer dans les mers agitées sans jamais réussir à trouver le repos.

La question de la véracité de ce récit s’est posée plusieurs fois au cours de l’histoire: des rapports faisant état d’un mystérieux navire apparaissant dans les tempêtes entre le Cap Horn et le Cap de Bonne Espérance ont été retrouvés.

Légende ou non, cette histoire met en garde les marins: lutter contre les éléments ne sert à rien, la mer l’emporte toujours.

Et vous? Racontez-nous! Quelles sont vos croyances et superstitions à bord de votre catamaran?