Technique

Plus vite grâce au VMG!

13 janvier 2012 | | Temps de lecture 4 minutes

Ceci n’est pas une insulte ni un acronyme de la culture internet comme « LOL ». Ces 3 lettres V, M et G représentent une notion de navigation importante en catamaran, quelquefois oubliée par les skippers: “Velocity Made Good”. Pour les non pratiquants ceci veut dire:

  • la “vitesse efficace” de rapprochement dans le lit du vent,
  • ou encore la projection de la vitesse du bateau sur l’axe du vent.

Bien connue des régatiers, cette notion peut sembler complexe en croisière. Or Edouard Paulet, propriétaire d’un Lagoon 410 S2 m’a demandé quelques conseils sur des notions comme le VMG pour optimiser la navigation en catamaran.

Pour les fans de mathématiques, voici comment calculer le VMG de votre bateau: il faut multiplier la vitesse du bateau par le cosinus de l’angle formé entre le cap et la direction du vent réel, soit: VMG=V.cos(α)

Prenons deux cas concrets pour comprendre: je souhaite atteindre une bouée au vent qui est pile dans l’axe du vent.

  • Si je navigue vent de travers, l’angle de mon cap par rapport au vent réel est de 90°,et le cosinus est de 0. A une vitesse-surface de 7 nœuds, mon VMG est donc: 7 x 0 = 0 noeud. Je ne me rapproche pas de ma bouée!
  • Si je suis au moteur et que je remonte dans l’axe du vent, l’angle par rapport à ce dernier est nul, mon cosinus = 1, et mon VMG est donc de: 7 x 1 = 7 nœuds.

Prenons un exemple réel maintenant avec des petits chiffres pour faire simple:

  • Si je suis au près à 40° du vent et que ma vitesse est de 4 nœuds, mon VMG est de 4 x cos (40) = 3,06 nœuds.
  • Si je suis à 50° du vent et que je remonte avec une vitesse de 5,2 nœuds mon VMG est de 5,2 x cos(50) = 3,34 nœuds.
  • Si je m’écarte de 10 degrés encore ma vitesse augmente pour atteindre 6,5 nœuds mais mon VMG devient 6,5 x cos (60) = 3,25 nœuds.

J’atteindrai moins vite la bouée avec une route à 40° ou à 60° du vent qu’en choisissant une route à 50°. C’est pour cela que l’on décrit aussi le VMG comme le compromis cap / vitesse. Attention toutefois car cette notion ne prend pas en compte la dérive ni le courant puisque la référence est la vitesse surface (celle du speedomètre). Il est possible de prendre en compte ces deux éléments si l’on prend comme indicateur la vitesse fond (Speed Over Ground – SOG sur le GPS) et la route fond (Course Over Ground – COG sur le GPS) qui sont donnés par le GPS. C’est d’ailleurs avec ces deux éléments là que votre GPS peut vous indiquer votre VMC soit votre Velocity made on Course (mais parfois maladroitement appelé VMG sur votre GPS) qui est une “vitesse fond efficace” par rapport non plus à la direction du vent mais à un waypoint enregistré.

Cette notion de VMG se retrouve aussi au portant pour les bateaux rapides. En effet ces derniers mettrons moins de temps en faisant une route au largue avec des empannages contre une route plein vent arrière (ceci sans parler de la notion de confort de faire une route sans risque d’empannage sauvage et avec moins de roulis rythmique) .

Prenons l’exemple lors de l’ARC. En rouge la route orthodromique ou route la plus courte et en blanc la route du trimaran de 50 pieds Rayon Vert. Si l’on considère que les alizés aux abords de l’arc antillais ont un angle plus au moins constant* on observe une trace en zigzag permettant d’être au maximum du VMG du trimaran.

On retrouve sensiblement la même chose pour le Lagoon 560 Blue Ocean vainqueur de l’ARC**, mais avec des angles moins radicaux car c’est un bateau plus lourd et donc qui développe un VMG max au portant plus proche du vent arrière.

Tout cela pour dire comme chaque marin le sait bien: “La route la plus rapide n’est pas forcément la plus courte”!

* Le vent aux abords des Antilles est la plupart du temps de secteur Est avec des variations. Il faut noter que les trajectoires des bateaux peuvent aussi s’expliquer en partie pour profiter de chaque variation du vent.

** Le Lagoon 560 Blue Ocean est arrivé 3ème en temps réel et 1er en temps compensé dans la classe des multicoques devant de nombreux catamarans réputés “de performance”.