Technique

Première partie : L’autonomie électrique en croisière

27 janvier 2020 | | Temps de lecture 3 minutes

C’est le nerf de la guerre : S’éclairer, se positionner, piloter, … tout fonctionne à l’électricité sur un voilier et les catamarans n’échappent pas à la règle. Avant de savoir comment atteindre l’autonomie électrique, un bilan réaliste des consommations s’impose…

 

Petit détour par le cours de physique du collège : Qu’il s’agisse de la loupiote de cabine ou d’un radar, la quantité d’électricité consommée par un appareil se mesure en Ampères-heure (Ah) : elle est le produit de sa consommation (exprimée en Ampères) et du temps d’utilisation (h).

Pour calculer de façon réaliste la quantité d’électricité à produire sur 24 heures, il faut donc identifier tous les appareils du bord et connaître leur consommation. Ensuite, on pourra remplir un tableau. Nous vous conseillons d’ailleurs d’en faire deux selon le type de navigation : mouillage/ traversée.

Reste à connaître la consommation réelle de chaque appareil.

Vous la trouvez sur le culot d’une ampoule, sur l’étiquette constructeur ou sur les notices. Mais comme il n’est pas toujours facile d’y avoir accès et que les consommations annoncées sont parfois optimistes, le mieux est de prendre le temps de mesurer chaque consommation.

Généralement, les tableaux électriques sont équipés d’un ampèremètre. Coupez tous les instruments, assurez-vous que l’ampèremètre est sur zéro. Maintenant, allumez la VHF en veille. Vous connaîtrez avec une grande fiabilité l’appétit de chaque consommateur. C’est un travail un peu fastidieux mais qui mérite vraiment d’être réalisé.

Posez-vous ensuite la question du temps d’utilisation, avec un regard critique. Êtes-vous certain que sur cette petite traversée de 150 milles, le pilote ne sera utilisé que la moitié du temps et que les volontaires pour barrer seront si nombreux ? Avez-vous pensé à mesurer la consommation de l’ordinateur portable lorsque les enfants regarderont un DVD ? Le réfrigérateur consommera certainement plus maintenant que vous descendez en latitude, qu’il fait plus chaud et qu’il se vide de son contenu. Combien de douches seront prises par jour ? Et au fait, qui a oublié d’éteindre la liseuse de sa cabine avant d’aller faire son quart ? !

Intéressez-vous de près aux gros consommateurs comme le pilote.

Enregistrez sa consommation dans le petit temps au près et amusez-vous à remesurer le jour où vous filez au portant dans une mer agitée. Elle peut aller du simple au triple…

D’expérience, il n’est pas très réaliste d’imaginer consommer moins de 200 Ah par 24 heures sur un bateau moderne bien équipé en famille.

300 Ah n’est pas surprenant. Au-delà, sans doute faut-il se poser des questions sur son mode de vie et sa capacité à moins consommer, une préoccupation qui commence à intéresser les terriens et fait partie des apprentissages intéressants de la croisière, notamment pour les enfants…