Carnet de voyages

Transatlantique 2

8 mars 2013 | | Temps de lecture 5 minutes

Après la traversée du grand Lagoon 52 de la semaine dernière, voici celle du moins grand! Charles-Etienne Devanneaux, distributeur Lagoon en Californie, et désormais ancien propriétaire de Naos 400, a effectué le rallye transatlantique l’ARC cet hiver à bord du premier 400s2. Il nous livre un témoignage passionnant qui démontre bien qu’un marin expérimenté en monocoque peut prendre plaisir à naviguer sur un cata!

Il y a quelques années, j’avais tendance à considérer les catamarans de croisière comme des “pontons flottants”…régatier exclusif sur monocoques depuis mon plus jeune âge, j’ignorais tout des notions de grand confort à bord et les coques volumineuses ne m’attiraient aucunement.

Acte 1
Après être devenu distributeur Bénéteau et Lagoon il y a trois ans, j’ai eu une conversation animée avec ma fille de 10 ans: “Papa, je ne te comprends vraiment pas: tu représentes deux marques, mais quand nous sortons en mer, c’est toujours sur des monocoques de régate qui gitent et me donnent le mal de mer…et en plus, on ne peut rien faire à bord en naviguant!”

La fille de Charly préfère les Lagoon!

Acte 2
Avec quelques amis, je finis par acheter un de nos bateaux de stock, un Lagoon 400, et c’est un grand succès auprès de toute la famille dans le cadre de notre expédition traditionnelle vers les îles Catalina tous les trois mois. Et c’est ainsi que le projet “Naos 400” est né. L’idée de traverser l’Atlantique commença à me travailler quand mon père prit sa retraite. Après de longues réflexions sur le choix du bateau et de nombreuses discussions avec l’équipe Lagoon, nous décidâmes de porter notre choix sur le Lagoon 400 S2 No1 (je connaissais déjà les qualités du Lagoon 400) pour cette traversée. Le bateau avait un programme bien rempli: première mondiale aux salons d’automne européens, inscription à l’ARC (Atlantic Rally for Cruisers, la traversée de l’Atlantique, les Caraïbes et les Bahamas, sans oublier le salon de Miami!).

Une partie pour le moins importante du projet était d’organiser un équipage, l’avitaillement et les équipements pour la navigation. En fait, à l’exception d’un équipier très expérimenté avec qui je naviguais régulièrement pour les longues distances, une grande partie de l’équipage se composait de néophytes, ou de marins assez peu expérimentés, ou encore d’amateurs de bateau à moteur (bien qu’un d’eux ait fini par acquérir un Lagoon 450). Ils ont d’emblée adoré le Lagoon 400 S2: sa stabilité, son confort, l’espace et sa facilité d’utilisation furent une véritable découverte pour eux. Personnellement, ce que j’apprécie le plus est de pouvoir entrer à l’intérieur, de voir à l’extérieur sur 360° ou presque, et bien entendu, la possibilité de prendre une douche chaude chaque jour en pleine mer (cela change du seau d’eau quand on est en course)! Durant les 3000 milles de la traversée, les cirés sont restés dans les placards, et j’étais pieds nus en permanence.

Quelques-uns des meilleurs souvenirs à bord de NAOS 400:

  • la célébration du 65ème anniversaire de mon père par 30 nœuds de vent au milieu de l’Atlantique avec des vagues de plus de 4 m. Nous avions installé toutes les toiles de tour pour partager un gâteau cuit dans le four du bateau après un confit de canard.

  • l’arrivée à Ste Lucie après seize jours et demi de mer (nous avons terminé 3ème de l’ARC dans la flotte des multicoques, et premier des bateaux n’ayant pas utilisé leurs moteurs pour avancer),

  • les 1254 milles parcourus en 6 jours (une moyenne de 8,7 nœuds!) durant la traversée avec quelques surfs entre 17 et 20 nœuds,

  • le premier Mahi-Mahi pêché et les sashimis de thon frais au dîner au milieu de l’Océan,

  • l’entrée à Summer Point Marina entre les récifs, avec 1,80 m d’eau après les pires conditions de navigation que nous avions connues sur le bateau (35-40 nœuds et une méchante mer de travers entre les Turks & Caicos et les îles Rum Cay),
  • Les piña coladas au couchant dans îles Exumas avec mes amis, en écoutant Bob Marley et en regardant les requins attirés par nos lumières sous-marines.

NAOS 400 connaitra bientôt de nouvelles aventures avec son nouveau capitaine, qui a l’intention de faire un tour du monde (Bahamas-Caraïbes-Panama-Polynésie et Australie pour les deux années à venir). Pour ma part, je vais attendre la livraison de mon nouveau Lagoon 39 à bord duquel je compte bien passer de longues et agréables journées avec ma famille et mes amis.