Carnet de voyages

Un Tiwal sur un 380

24 octobre 2016 | | Temps de lecture 3 minutes

Il y a un an, nous vous racontions les aventures estivales de Christophe qui avait loué un 380, pour une semaine de navigation aux larges des côtes bretonnes. Au mois d’août dernier, il est à nouveau reparti à bord d’un 380, accompagné de sa famille pour une semaine de navigation entre rivières et océan aux larges des côtes bretonnes.

Pour se divertir au mouillage, l’équipe s’est équipée d’un « Stand Up Paddle Lagoon », devenu incontournable dans les jouets de mouillage ET du dériveur gonflable Tiwal.

Tiwal, qui est un nouveau partenaire du Club Lagoon (le club des propriétaires de catamarans Lagoon), a lancé, il y a déjà quelques années, un petit dériveur jaune qui fait le bonheur des plaisanciers lors des mouillages. Utilisable par tous et à plusieurs, les petits comme les grands apprécient une petite virée à bord de cet esquif.

Etant gonflable, le Tiwal se range dans deux sacs, idéal pour un rangement dans les pics avant d’un catamaran. Avec un peu d’expérience, il faut compter 20 minutes pour le monter entièrement mais pour être prêt à l’utiliser, « notre testeur » l’a laissé gonfler sur le trampoline du 380.

L’avis de Christophe sur cet essai grandeur nature d’une semaine :

« En voyant le Tiwal, j’ai d’abord pensé à un gadget de plage gonflable pas très rigide… Une sorte de petit bateau pour se distraire pendant 1 heure maximum. Eh bien, j’ai été vraiment surpris ! C’est un vrai dériveur, bien mieux qu’un simple engin de plage. Cela remonte au près sans souci. C’est très fun, très vivant et on part même au surf ! Cela change des activités classiques que l’on peut faire au mouillage en général. Avant, nous avions le choix entre des activités à bord du bateau ou sur terre. Les activités sur l’eau comme la planche à voile ou le kitesurf demandent une certaine maîtrise et sont donc moins accessibles à tous. Aujourd’hui, nous avons le Stand Up Paddle et le Tiwal. »

Le dériveur a d’ailleurs intrigué bon nombre de plaisanciers qui n’ont pas hésité à s’approcher pour le voir de plus près. Mais malheureusement pour eux, il était difficile de laisser sa place sur « le petit jaune », tant il était sympa et facile à naviguer. Expert ou non, tout le monde à bord du 380 l’avait adopté !

Pour plus d’information sur le Tiwal, cliquez ici.
Si vous souhaitez lire ou relire l’article sur le voyage de Christophe autour de Belle-Île et du Golfe du Morbihan, c’est ici.