Carnet de voyages

Récit d’un confinement sur un Lagoon 450

28 mai 2020 | | Temps de lecture 5 minutes

Richard et sa femme Alexandra sont confinés sur leur Lagoon 450 nommé Hawkeye depuis la fin mars 2020. Ils nous racontent leur quotidien, immobilisés dans les Îles Vierges Britanniques.

Cela fait maintenant plusieurs semaines que nous sommes en confinement, comme plus de 3 millions de personnes dans le monde. Mais le confinement a une toute autre dimension dans les Îles Vierges Britanniques. Ici, on vous arrête si on vous surprend en train de promener votre chien, et vous pouvez finir en prison pour avoir utilisé votre voiture ! Cela fait maintenant un mois qu’aucun habitant des Îles Vierges Britanniques n’est sorti de chez lui pour se promener. Un couvre-feu 24h/24 7j/7 a été mis en place, pendant lequel aucun magasin, pharmacie ou entreprise n’a le droit d’ouvrir, et personne – à l’exception des “travailleurs essentiels” – n’est autorisé à quitter son domicile.

De notre côté, nous ne sommes pas autorisés à naviguer, ni mettre un pied sur une plage ou rencontrer la trentaine d’autres yachts également confinés ici.

 

Comment se passe la vie à bord ?

La vie à bord de notre Lagoon est confortable. Le point positif est que nous avons un stock important de nourriture, grâce à toutes les boîtes de conserve, les bocaux et les aliments secs que nous avions mis à bord en cas d’urgence. Le point négatif, c’est que nous arrivons à court de produits frais. Nous espérons que le service de livraison mis en place – et très bien organisé – pourra bientôt livrer Hawkeye.

Autrement, le temps est tout simplement divin. Avec une température de 30°C en journée et jusqu’à 25°C la nuit, on profite du soleil et des légères brises sur le pont.

Hawekeye est un Lagoon super équipé : deux générateurs, deux dessalinisateurs, un lave-vaisselle de grande taille, un grand lave-linge séchant, deux congélateurs, un réfrigérateur pour la nourriture, un réfrigérateur de bar, des panneaux solaires, des douches électriques, trois cabines avec salle de bain, et bien plus encore. Nous sommes donc autonomes sur plusieurs aspects : nous fabriquons notre propre électricité (grâce aux générateurs et panneaux solaires), de la glace, de l’eau douce (plus de 4 tonnes par jour au maximum – nous avons pu faire le plein d’autres yachts voisins), du pain frais et Alexandra fait de superbes yaourts !

Nous faisons également beaucoup de plongée en apnée et de paddle dans ce qui est, littéralement, un aquarium tropical. Il y a même une sympathique « infirmière Shark », qui vit sous le Willy T (bateau-bar très connu aux Îles Vierges Britanniques, présent sur la photo du dessus) – mais c’est une habitante du fond, elle ne représente pas vraiment un danger pour nous.

Quand pourrez-vous quitter les Îles Vierges Britanniques ?

Le déconfinement devrait commencer à prendre effet à partir du 1er Juin 2020 – ce qui fait un peu long pour nous, et le tourisme restera interdit jusqu’au 1er Septembre 2020.

Un autre problème se profile à l’horizon : la saison des ouragans commence en juin et, comme pour presque tous les yachts dans les Caraïbes, il est désormais pratiquement impossible de s’assurer contre les tempêtes nommées auprès des assureurs basés dans l’UE. Nous avons le choix d’installer Hawkeye dans un chantier naval ici dans les îles Vierges britanniques et de partir vers les États-Unis ou le Royaume-Uni, mais cela signifie que nous ne reviendrons pas avant septembre, et comme la saison des ouragans est très intense, cela signifie revenir chercher Hawkeye en novembre. Nous réfléchissons également à fuir vers le sud, vers des villes comme Grenade, mais elles risquent d’être pleines à craquer.

Ou alors rester à flot et jouer aux auto-tamponneuses.

Nous ne sommes tout de même pas à plaindre, il y a beaucoup d’avantages à être confinés ici. En outre, c’est une zone presque entièrement exempte de COVID-19 et la faune est étonnante. Les tortues de mer viennent nous rendre visite tous les jours. Nous avons une douzaine de Tarpons qui vivent sous Hawkeye – avec de grandes bouches mais sans dents, donc tout à fait inoffensifs. A l’ombre durant la journée, ils sortent la nuit, attirés par notre lumière à poisson.

Nous nous faisons du souci pour les habitants sans revenus ici, car 45 % des revenus des îles proviennent du tourisme, dont le secteur le plus important est celui des yachts charters. Beaucoup d’insulaires n’ont pas de carte de crédit et manquent de nourriture…

Pour maintenir le moral de l’équipage, Hawkeye dispose d’une excellente cave qui ne semble guère être épuisée ! Donc, dans l’ensemble, nous préférons être ici que n’importe où sur la planète. Mais, nous n’en pouvons plus d’attendre que la vie revienne à la normale ; il y aura la plus grande fête jamais organisée, ici, sur le Willy T !

Richard & Alexandra

www.yachthawkeye.com