Technique

Une situation polaire!

10 février 2012 | | Temps de lecture 5 minutes

Même si une vague de froid touche actuellement l’Europe, ceci n’est pas l’objet de cet article. Vous êtes plusieurs à avoir apprécié l’article sur le VMG, vu le record d’affluence qu’a eu cet article à son lancement! Je me suis donc dit que j’allais continuer d’aborder des sujets “techniques” finalement assez simples tant qu’on les explique clairement. L’article du jour est consacré à la polaire de vitesse. Cet outil est très utile et aussi important que la notion de VMG pour bien naviguer même en croisière.

La polaire est une représentation graphique de la vitesse du bateau en fonction de sa direction et donc de son angle avec le vent réel (True Wind Angle sur votre électronique marine). Pour mieux comprendre ce concept, je vous emmène pas à pas dans chaque élément d’une polaire de vitesse.

Sur le premier schéma vous pouvez voir un demi-cercle avec une graduation en degrés: en haut 0°, au milieu 90° et en bas 180°. Cette graduation représente l’angle du vent réel avec la direction du bateau. On peut voir que la route de ce Lagoon 450 forme un angle de 90° avec le vent réel. Le vent réel est le vent que votre girouette indique lorsque le bateau est immobile. Je reviendrai dessus dans un futur article.

Le bateau peut bien entendu changer de direction, et c’est pourquoi j’ai rajouté d’autres graduations dans le deuxième schéma. Si vous me suivez bien, vous comprenez alors qu’il est impossible d’avoir un angle avec le vent réel de 0°! Cela sous entendrait que vous êtes face au vent. De même, si l’angle est de 180°, vous êtes au vent arrière. Pour ceux qui se souviennent de leur premier cours de voile, ce schéma ressemble à quelque chose que nous connaissons tous: les allures de navigation à la voile.

Parce qu’une polaire est l’expression visuelle de l’angle entre le vent réel par rapport à la direction du bateau ET sa vitesse, vous pouvez voir sur ce troisième schéma des demi-cercles de couleur qui représentent la vitesse du bateau. Le quatrième schéma est la combinaison des 2 éléments présentés soit les différents angles de vent réel et les différentes vitesses du bateau. Vous avez donc en face des yeux une vraie polaire de vitesse vierge.

Avec cette énumération précise des différents éléments qui constituent une polaire, je peux vous en montrer une réalisée: celle du Lagoon 380. Vous y retrouvez les indicateurs décrits plus haut: les différents angles de vent réel et les vitesses du bateau. Mais un nouvel élément y figure également: la vitesse du vent. En effet, chaque courbe bleue représente une vitesse de vent. C’est en lisant à l’intersection de la courbe de vent et de l’angle de vent réel choisi que l’on peut connaitre la vitesse potentielle du bateau. Si je prends l’exemple du bateau qui est à 90° d’un vent réel de 16 nœuds, cela me donne une vitesse d’un peu plus de 8 nœuds.

La polaire de vitesse est très intéressante pour comprendre la notion évoquée dans l’article sur le VMG: “le compromis cap-vitesse”. Comme vous pouvez le voir sur la polaire, si le bateau est à 60°du vent, vous naviguez plus vite mais vous faites un moins bon cap qu’à 50°. Tout est donc une histoire de dosage.

La polaire de vitesse est une photographie à un instant T avec un angle et une vitesse de vent précis. Quand je dis “photo” cela veut dire qu’il faut accepter que les données représentent des conditions météorologiques et de navigation précises. Par exemple, le skipper ayant fait la polaire du Lagoon 380 avait la grand-voile haute et tout le génois jusqu’à 20 nœuds puis un ris dans la GV jusqu’à 24 nœuds et 30 % de son génois enroulé à partir de 26 nœuds. L’accélération de vitesse entre 110° et 120° est due à l’envoi du gennaker. Au-delà de 26 nœuds il est impossible d’ignorer l’effet de la dérive et de l’état de la mer, et c’est pourquoi il n’y a pas de donnée pour les vents plus forts.

Sachez que les polaires ne représentent pas les performances réelles du bateau mais plus une tendance. Comme vous pouvez-vous en douter, chaque facteur influençant la vitesse du bateau à une action sur les résultats de la polaire: le chargement, la qualité des voiles, la qualité des réglages… Si vous possédez un Lagoon 380 il est difficile de comparer les performances de votre bateau avec les chiffres de cette polaire car:

  • si vous avez un bateau peu équipé donc plutôt léger vous pourriez être au dessus des données de la polaire.
  • si vous êtes très chargé avec des vieilles voiles vous serez en dessous des données.
  • il est peu probable que les données de votre bateau aient été récoltées dans des conditions identiques à celles de la polaire.

Si vous désirez avoir une vraie polaire, c’est à dire utilisable pour préparer votre navigation, il faut la faire vous même en notant chaque donnée comme la vitesse du bateau en fonction des différents angles et de la vitesse de vent réel, du réglage de vos voiles… Cela vous donnera une vraie photo des capacités de votre bateau et vous aidera à aller plus vite vers la destination de vos rêves.